Confinement oblige... le Fellini ferme ses portes le 29 au soir...
C'est plus quejamais le moment de prouver notre solidarité avec notre cinéma : participez à la campagne de crowfunding pour sa rénovation :
https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/renovation-des-salles-du-cinema-fellini/?secret-reward=9f1wl5
Le bon Grain et l'ivraie 
Film français de Manuela Fresil - 1h 34 - 
En petite bande joyeuse, ils dansent, rient, font des batailles de boules de neige, mais où dormiront-ils cette nuit ? Dans un hall de gare ? Dans un centre d’hébergement ? En France, aucun enfant ne devrait se poser ces questions. 
 
En présence de la réalisatrice le 24 octobre à 17 h 30
Semaine du 4 novembre 
Yalda, la nuit du pardon 

Film iranien, français, allemand, suisse, luxembourgeois de Massoud Bakhshi - 1h 29 - avec Sadaf Asgari, Behnaz Jafari, Babak Karimi 
Iran, de nos jours. Maryam, 22 ans, tue accidentellement son mari Nasser, 65 ans. Elle est condamnée à mort. La seule personne qui puisse la sauver est Mona, la fille de Nasser. Il suffirait que Mona accepte de pardonner Maryam en direct devant des millions de spectateurs, lors d’une émission de téléréalité. En Iran cette émission existe, elle a inspiré cette fiction. 
Une fable acide sur la sujétion de la Justice aux réseaux sociaux. (Les Fiches du Cinéma) 
Effrayant, haletant et édifiant. (La Voix du Nord) 
Aussi invraisemblable que cela puisse paraitre, cette histoire a été inspirée par des faits bien réels... une dextérité qui justifie le Grand Prix du jury glané à Sundance. (Première) 
 









Semaine du 4 novembre 
Billie 

Billie Holiday est l'une des plus grandes voix de tous les temps. Elle fut la première icône de la protestation contre le racisme ce qui lui a valu de puissants ennemis. A la fin des années 1960, la journaliste Linda Lipnack Kuehl commence une biographie officielle de l'artiste. Elle recueille 200 heures de témoignages incroyables : Charles Mingus Tony Bennett, Sylvia Syms, Count Basie, ses amants, ses avocats, ses proxénètes et même les agents du FBI qui l'ont arrêtée....Mais le livre de Linda n'a jamais été terminé et les bandes sont restées inédites … jusqu'à présent.. 
Un portrait enivrant et flamboyant de la diva du jazz. (Transfuge) 
Le film met en scène une tragédie de la féminité au 20è siècle, de celles qui voulaient faire entendre leur voix, et qui se sont tues trop tôt. (La Septième Obsession) 
Un film nettement plus captivant et surtout plus incarné que n'importe quel biopic traditionnel. (Les Inrocks) 
Ce documentaire sort du moule habituel avec ses extraits sonores et ses images d'archives colorisées. Un film exceptionnel. (Le Parisien) 








Semaine du 11 novembre 
L'Ordre moral 

Film portugais de Mario Barroso - 1h 41 - avec Maria de Medeiros, Marcello Urgeghe, João Pedro Mamede 
En 1918, Maria Adelaide Coelho da Cunha, héritière et propriétaire du journal Diário de Notícias, abandonne le luxe social et culturel familial dans lequel elle vit, pour s'enfuir avec un insignifiant chauffeur de 22 ans plus jeune qu’elle. Les conséquences de cette décision vont être douloureuses et moralement dévastatrices. 
Elégant et classique, ce film sur l'aliénation médicale des individus jugés déviants offre à Maria de Medeiros l'occasion d'une très belle performance, hommage vibrant et mélancolique à une douce rebelle. (Télérama) 
Une biographie somptueuse et tragique sur le théâtre de la vie. (Les Fiches du Cinéma) 
Maria de Medeiros retrouve enfin un premier rôle à sa hauteur, dans ce très beau et pertinent drame historique qui parle au présent. (Culturebox) 










Semaine du 11 novembre 
Incendies

Film canadien de Denis Villeneuve - 2h 03 - avec Rémy Girard, Lubna Azabal, Mélissa Désormeaux-Poulin 
A la lecture du testament de leur mère, Jeanne et Simon Marwan se voient remettre deux enveloppes : l’une destinée à un père qu’ils croyaient mort et l‘autre à un frère dont ils ignoraient l’existence. Jeanne voit dans cet énigmatique legs la clé du silence de sa mère, enfermée dans un mutisme inexpliqué les dernières semaines précédant sa mort.  
Le Québéquois Denis Villeneuve a transformé la pièce de son compatriote Wajdi Mouawad en une enquête tendue à l'extrême. (Télérama) 
Incendies démontre une belle puissance de récit, et une maestria de mise en scène dont on ressort le cœur tout étourdi. (Les Inrocks) 
Une tragédie âpre, intense en émotions, sur un rythme qui ne laisse aucun répit. Du grand art. (Le JDD) 
 
Résonance avec Seuls, de Wajdi Mouawad, présenté au théâtre du Vellein 
Film accompagné d'une intervention de Dominique Caron, professeur de cinéma, jeudi 12 à 20h  








Semaine du 11 novembre 
Un pays qui se tient sage 

Film français de David Dufresne - 1h 26 - 
Alors que s'accroissent la colère et le mécontentement devant les injustices sociales, de nombreuses manifestations citoyennes sont l'objet d'une répression de plus en plus violente. Le film invite des citoyens à approfondir, interroger et confronter leurs points de vue sur l'ordre social et la légitimité de l'usage de la violence par l'Etat. 
Un outil précieux pour comprendre la violence - physique mais aussi symbolique - du monde contemporain. (Bande à part) 
Images choc et analyse implacable. (La Voix du Nord) 
Un film salutaire qui fera date. C'est un devoir citoyen d'y aller et de bénéficier des nombreux-et passionnants-débats prévus autour. (Culturopoing) 
Un film d'utilité publique. (Première) 
A l’issue du film, débat animé par Marie Vogel, spécialiste de l’histoire de la police et des prisons, et Astrid Frangulian, chargée régionale de la campagne d'Amnesty "contrôle des armes"    

.